Que comprendre de l’ouverture officielle par le Pape des services du lectorat et de l’acolytat aux femmes ?

Depuis le lundi 11 janvier 2021, avec le Motu proprio « Spiritus Domini », le Pape François a établi une institutionnalisation des ministères du lectorat et de l’Acolytat aux femmes. 
Commençons par comprendre ce que c’est qu’un Motu proprio ? C’est une bulle pontificale ou une lettre émise par le pape de sa propre initiative. Il peut être adressé à toute l’Église, à une Église locale, ou à un groupe particulier dans l’Église. « Spiritus Domini » signifie simplement « Esprit du Seigneur ». 
Beaucoup de catholiques se demandent ce qu’il y a vraiment de nouveau dans le « Spiritus Domini » du Pape. Puisque c’est le canon 230 qui est concerné, citons-le en son premier paragraphe : Il peut être adressé à toute l’Église, à une Église locale, ou à un groupe particulier dans l’Église. Mais nous voyons des femmes lire la parole de Dieu à l’ambon et des religieuses qui donnent la Communion. Nous voyons par endroits des jeunes filles qui servent les messes à l’autel avec les garçons. Cette pratique féminine était une dérogation des évêques dans leur diocèse puisque la loi précisait « laïcs hommes ».
Ce qu’il faut retenir de « Spiritus Domini » est qu’en effet la spécification « laïcs hommes », présente dans le texte jusqu’à l’amendement du lundi dernier, est supprimée. Ce qui autorise désormais et institutionnellement la femme à servir les messes comme « enfant de chœur » ou dispensatrice de l’Eucharistie et à lire la parole de Dieu pendant les célébrations liturgiques sans aucune restriction ou avec une quelconque dérogation et avec un mandat spécifique.
Le pape François a voulu par cette institutionnalisation mettre en évidence, la condition commune du baptisé et du sacerdoce royal reçu dans le sacrement du baptême. Il nous invite à cet effet à reconnaître qu’il s’agit de ministère laïc « distinct, dans leur essence, du ministère ordonné reçu dans le sacrement de l’Ordre ». Le Motu proprio ne change pas les conditions de la femme dans le processus d’ordination. 

C’est une décision qui autorise les laïcs désormais sans distinction de sexe à servir aux messes comme : lecteurs, servant de messe, dispensatrice de l’Eucharistie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Share Buttons and Icons powered by Ultimatelysocial